Actualités, nouvelles et manifestations culturelles Dowzr

Musique : Son histoire, les tendances, les époques, les compositeurs et interprètes marquants

0 309

Que l’on apprécie les notes légères d’une symphonie, la poésie d’un slam, l’entrain d’une marche militaire… tous les genres musicaux sont sur Dowzr.

Notre moteur de recherche concerne aussi bien l’histoire de la musique que les maisons de production, les festivals, les concerts, ainsi que les concours et conférences.

Que vous soyez amateur de musiques de films, de jazz manouch, de concertos ou encore d’épopées médiévales, Dowzr met tout cela à portée de clic.

Musiciens, compositeurs, luthiers, chanteurs, éditeurs… tous ceux, célèbres ou amateurs, qui ont contribué à l’histoire de la musique sont présents sur Dowzr.

De Monteverdi à Boulez, d’une sonate à un rock, retrouvez les sujets cultes de la musique sur Dowzr.

 

François Boucher (1703-1770) – Allégorie de la Musique – Huile sur toile 103.5 x 130 cm National Gallery of Art WashingtonFrançois Boucher (1703-1770) – Allégorie de la Musique – Huile sur toile 103.5 x 130 cm
National Gallery of Art Washington

 

La musique parle un langage unique et universel. Pas besoin de mot pour ressentir la puissance d’une rhapsodie, le ton léger d’une fugue, la liberté d’une toccata ou le message mélodieux  d’un poème symphonique. La musique est une famille d’instruments, de compositeurs et de musiciens bien sûr, tant amateurs que professionnels ils font raisonner les notes et créent des émotions. Les styles musicaux sont innombrables : différents selon les pays, scandés ou murmurés selon les instants ou les lieux, classiques ou populaires de la symphonie au hip hop…

Les instruments sont classés en cinq familles : les percussions, les cordes, les bois, les claviers et les cuivres.

Les percussions sont les instruments qui produisent des sons lorsqu’ils sont frappés, secoués ou grattés.

Dans l’histoire des instruments, les percussions ont sans doute été les premiers à rythmer et à créer des sonorités. Pour les faire résonner, il suffit de les frapper avec des baguettes, des maillets, des mailloches ou tout simplement avec les mains : secouer des maracas, frapper des claves, racler le guiro, claquer des castagnettes… Au 18ème siècle en France, les timbales sont portées par des hommes ou des chevaux. Mais les percussions utilisées de nos jours dans les orchestres viennent du monde entier. En Afrique, au Burundi par exemple, les maîtres-tambours rythment les cérémonies des semailles. En Guinée et au Mali, le balafon est un xylophone primitif qui accompagne les danses. En Chine, le tambour Ko suit les comédiens lors des représentations théâtrales avec une sorte de langage propre à l’instrument, un dialogue s’instaure entre l’artiste et le tambour. Au Japon, les Kodos sont des athlètes musiciens chargés de libérer les dieux et déesses enfermés dans un gigantesque tambour afin de déclencher la pluie et solliciter le soleil.

La musique est souvent un vecteur pour atteindre les mondes insondables des dieux et déclencher leurs réactions.

Les principaux instruments de la famille des percussions sont l’angklung, le bala, la batterie, les bongos, le carillon, les castagnettes, les claves, le chapeau chinois, les congas, la crécelle, le djembe, le fouet, le gong, la guimbarde, le güiro, les maracas, la marimba, la sistre, le tam-tam, le tambour, les timbales, le triangle, le vibraphone, le xylophone…

Balafon d’, Kodos du JaponBalafon d’Afrique                                                          Kodos du Japon

 

Les cordes sont en boyau, en nylon ou en métal et tendues sur l’instrument.  Elles ont frappées, frottées  ou pincées et le son est amplifié de manière acoustique (ou électronique) par la caisse de l’instrument. Plus une corde est longue et épaisse, plus le son est grave.

Dans la famille des instruments à cordes, le violon est certainement le plus célèbre. Son ancêtre est probablement le crwth (prononcé crouth), un instrument  à archet originaire d’Angleterre et du Pays de Galles. Le violon est né au 16ème siècle, succédant à la viole (tenue sous le bras) et à la viole de gambe (placée entre les jambes). A sa création, le violon est un instrument populaire car il fait avant tout danser et chanter. Depuis la période classique, il tient une place maîtresse dans l’orchestre.

Les principaux instruments de la famille des cordes sont le banjo, le berimbau, le bouzouki, les cithares, la contrebasse, les guitares, la harpe, le luth, la mandoline, le pipa, le rebec, le ukulele, la vielle, la viole de gambe, les violons, le violoncelle…

 

1/ Crwth d’après les modèles de Richard Evans exposés au Musée populaire gallois à Cardiff 2/ Pipa, modèle de guitare chinoise 3/ Rebec, instrument de musique médiévale1/ Crwth d’après les modèles de Richard Evans exposés au Musée populaire gallois à Cardiff
2/ Pipa, modèle de guitare chinoise
3/ Rebec, instrument de musique médiévale

 

Les Bois et les Cuivres constituent les instruments à vent.

Dans la famille des Bois, les instruments ne sont pas toujours en bois, on les trouve également en métal, en ivoire ou en os. Le son est obtenu par la vibration d’une colonne d’air.  Les hommes préhistoriques façonnaient des flûtes en os. Les chinois élaborent la flûte de pan (assemblage de tubes de roseaux de différentes tailles pour une gamme de notes différentes).

Les principaux instruments de la famille des bois sont les flûtes (nasale, piccolo, traversière…), l’harmonica, les hautbois, le hichkiri, le kéna, les saxophones, la cornemuse, le cor, le basson, la clarinette, le chalumeau, l’accordéon…

 

Les instruments appartenant à la famille des cuivres sont des instruments à vent. Le son est produit par la vibration de l’air. L’air est mis en mouvement par la vibration des lèvres du musicien. Ils sont souvent fabriqués en cuivre jaune (laiton).

Les principaux instruments de la famille des cuivres sont la bugle, le clairon, la clochette, la conque, les cors, les cornets, le trombone, la trompette, le tuba…

 

Dans la famille des Claviers, l’instrument fournit les sons sous l’action des touches. Le son généré varie selon l’instrument : les pianos ont des cordes, les orgues utilisent l’air dans des tuyaux et les synthétiseurs fonctionnent grâce à l’électronique. Le piano permet aux musiciens une grande nuance de notes. Des marteaux de feutre frappent les cordes lorsque l’on appuie sur les touches du clavier. Les pédales permettent d’atténuer ou d’amplifier la sonorité.

Les principaux instruments de la famille des claviers sont le clavecin, le clavicorde, le clavier électronique, l’harmonium, les orgues, les pianos, le synthétiseur…

 

L’ensemble des instruments trouve sa place au sein de l’orchestre symphonique (ou philarmonique). Le chef d’orchestre est là pour diriger les musiciens (entre soixante et 120 personnes). L’art de l’orchestration consiste à combiner les timbres des instruments de l’orchestre pour créer des effets magiques, évocateurs et harmonieux, dans le but de susciter l’imaginaire de l’auditeur. L’orchestre de chambre est plus restreint, entre douze et trente-cinq instruments. Le genre est tellement prisé que des compositions sont spécialement créées pour ces ensembles.

Au japon, l’orchestre du Gagaku est célèbre pour des prestations avec des instruments anciens. La gamelan est la formation traditionnelle balinaise qui accompagne le chant, la danse et le théâtre d’ombres. En Inde, le trio se compose de tambours (tabla et tambure) et de luth sitar.

 

Composition de l’orchestre symphonique (ou philarmonique)Composition de l’orchestre symphonique (ou philarmonique)

 

La musique adoucit les mœurs… Et cela depuis la préhistoire. En ces temps reculés, l’homme a été in initié aux sons par la Nature : l’eau, le vent, le tonnerre, les cris des animaux… L’homme souffle dans des roseaux pour reproduire le vent, tend des peaux d’animaux pour les frapper…

 

Pendant l’Antiquité, environ entre 3000 ans avant Jésus-Christ et le 4ème siècle, la Grèce, la Mésopotamie, l’Egypte, l’Inde t la Chine développent des systèmes musicaux élaborés. Une épreuve de chant est intégrée aux épreuves des jeux olympiques. C’est à compter de cette période que les Muses, les 9 filles de Zeus et Mnémosyne, encouragent et inspirent les compositeurs, les musiciens, les chanteurs, les orateurs. Calliope (qui a une belle voix) pour le « bien dire », Clio (qui est célèbre) pour les épopées, Erato (l’aimable)  pour la poésie et la chorale, Euterpe (la toute réjouissante) pour la musique à danser, Melpomène (la chanteuse) pour le chant et la tragédie, Polymnie (celle qui dit de nombreux hymnes) pour la rhétorique, Terpsichore (la danseuse de charme) pour la danse, Thalie (la florissante, l’abondante) pour la comédie et la poésie, Uranie (la céleste) pour l’astronomie et l’astrologie.

Pythagore va établir une relation entre les divisions d’une corde et les intervalles musicaux : il crée ainsi la base de l’harmonie de la musique occidentale. Pindare, poète et musicien grec de l’Antiquité, écrit des poésies et met en musique des odes, des hymnes…  Le langage musical s’appuie sur les rythmes de la métrique poétique.

Les nouveaux instruments sont les harpes, les lyres, les cithares, les flûtes, les tambourins, les cloches…

 

Le sarcophage des Muses – Musée du Louvre – 2ème siècleLe sarcophage des Muses – Musée du Louvre – 2ème siècle

 

Au Moyen-Age, deux styles musicaux voient le jour : d’un côté la musique savante et érudite des moines (chant grégorien), de l’autre la musique populaire des troubadours (au sud) et des trouvères(au nord) (polyphonie et polyrythmie) ; l’histoire de l’Eglise face aux récits des croisades, des fêtes et de la chevalerie. Le plain chant marque les premiers siècles de la chrétienté : il est un genre musical sacré monodique, sans accompagnement, suivant la rythmique du texte latin. Grégoire Le Grand demande une unification de la liturgie, on passe des neumes aux notes.

Les premiers noms de compositeurs sont renseignés : Léonin, Pérotin, Guillaume de Machaut, Josquin des Prés.

Les trouvères et les troubadours composent des chansons narratives et des chansons d’amour selon une structure à couplets. Jongleurs et ménestrels sont les chanteurs et les instrumentistes de ces danses et de ces chansons à danser.

 

1/ Josquin des Prés (1450-1521) 2/ Guillaume de Machaut (vers 1300-1377) 3/ Pérotin le Grand (vers 1160-1230)1/ Josquin des Prés (1450-1521)
2/ Guillaume de Machaut (vers 1300-1377)
3/ Pérotin le Grand (vers 1160-1230)

 

A l’époque de la Renaissance, la lutherie est en pleine expansion et l’imprimerie musicale voit le jour. La diffusion de la musique est facilitée. La voix est toujours prédominante dans les compositions. La chanson profane prend du galon et de l’importance. De nouvelles techniques d’orchestration sont mises en place avec le double chœur, le contrepoint, les accords, les nuances et les instrumentations. L’essor de l’état Bourguignon permet un essor culturel conséquent. Le Cantus Firmus, polyphonie religieuse, devient un élément commun à plusieurs parties de la messe.

Divers genres musicaux sont alors composés : la messe polyphonique, le motet, le psaume protestant, la musique calviniste et luthérienne, la musique de danse, le ballet de cour… Les instruments sont la viole, la viole de gambe, le clavecin, l’épinette, le virginal, l’orgue… Les compositeurs célèbres sont Guillaume Dufay, Johannes Ockeghem, Josquin des Prés, Clément de Janequin, Luigi Palestrina, Roland de Lassus, William Byrd, John Dowland…

 

Viole de gambe, Epinette, ClavecinViole de gambe                          Epinette                                             Clavecin

 

La période baroque est caractérisée par une musique virtuose et complexe. Elle envoûte les sens. Et tout cela sert l’art de l’Opéra qui voit le jour en 1607 avec « Orfeo » de Monteverdi : les mondes artificiels, le luxe, l’illusion et le fantastique. C’est le culte de la voix et des castrats. L’orotario enchante la musique religieuse avec des œuvres dramatiques pour solistes, chœurs et instruments sans représentation scénique. La cantate est une pièce en plusieurs mouvements pour chants et instruments ; elles est sacrée ou profane. La sonate est une œuvre composée pour un à six instruments. On commence à envisager une « conversation » entre les instruments ou les groupes instrumentaux. Le ballet de cour comporte désormais un argument au sein d’un grand spectacle mêlant voix, instrumentation et danse. Versailles apprécie et encourage les formations musicales pour les grandes représentations, la tragédie lyrique et l’opéra-ballet. Le genre du grand Motet impose sa solennité et cultive une expression complexe. Le clavecin répond aux besoins d’ornements des nouveaux codes instrumentaux.

La fin de la période baroque est marquée par la Querelle des Bouffons qui oppose les défenseurs de la musique français aux partisans de la musique italienne et de ses opera-buffa jugés trop légers voire comiques.

Antonio Giacomo Stradivari (1644-1737) dit Stradivarius, luthier italien, fabrique ses célèbres violons. L’orgue et le clavecin connaissent un essor. Louis XIV instaure l’Académie des Arts et des Lettres. Monteverdi, Lully, Purcell, Vivaldi, Bach, Haendel, Carissimi, Frescobaldi, Corelli, Scarlatti, Couperin… illuminent l’époque avec leur talent et leur génie.

 

Antonio Giacomo Stradivari (1644-1737) dit Stradivarius dans son atelier et modèle de violon du même nomAntonio Giacomo Stradivari (1644-1737) dit Stradivarius dans son atelier et modèle de violon du même nom

 

Après les envolées de la période baroque, l’époque classique (seconde moitié du 18ème siècle) est marquée par une recherche de perfection et d’équilibre. C’est la naissance de la symphonie, le succès du concerto et la mise en place des bases de l’orchestre. Les salles de spectacles sont construites, le public rencontre la musique, les musiciens et leurs instruments. Les représentations ne sont plus réservées à la cour. Les éditeurs permettent la diffusion des partitions. Avec la Révolution française, les fanfares et les chorales populaires se forment. C’est aussi l’éveil des nationalités et les hymnes. Mozart et Haydn dominent leur temps, aux côtés de Wagner, Offenbach,Gounod, Bizet, Smetana, Rimsky-Korsakov, Modeste Moussorgski…

 

Le romantisme du 19ème siècle a le goût de la Nature, des légendes, du fantastique, du rêve, de la poésie, de la passion… La musique se veut descriptive, on parle de musique « à programme ». L’Opéra choisit des sujets historiques, littéraires et dramatiques. Piano et violons sont les plus populaires. Les chefs d’orchestre acquièrent une notoriété. Beethoven, Schubert, Schumann, Mendelssohn, Chopin, Liszt, Berlioz, Rossini, Dvorak, Tchaïcovski… sont les compositeurs célèbres de cette période.

 

L’impressionnisme du début du 20ème siècle recherche de belles sonorités et des couleurs orchestrales. Les compositeurs apprécient l’eau, la lumière, les paysages naturels, la quiétude et ils n’hésitent pas à s’inspirer des modes anciens comme les gammes par tons. Fauré, Ravel et Debussy signent  leurs chefs d’œuvre.

A cet impressionnisme s’oppose l’expressionnisme avec ses sujets macabres, les scènes de folie, le réalisme social. Le langage musical est renouvelé avec des dissonances. Schoenberg, Berg et Webern s’illustrent dans le genre.

Les Ecoles nationales expriment la fierté d’appartenance à sa patrie. La Russie est à l’honneur avec Prokofiev, Rachlaninov, Stravinsky, Chostakovitch.  Bartok en Hongrie, Grieg en Norvège, Sibelius en Finlande, Britten et Holst en Angleterre, Poulenc et Milhaud en France, Respighi en Italie, De Falla et Rodrigo en Espagne, Gershwin en Amérique, Villa-Lobos au Brésil…

 

Sergueï Sergueïevitch Prokofiev, George Gershwin, Béla BartókSergueï Sergueïevitch Prokofiev                          George Gershwin                               Béla Bartók

 

Le jazz va d’abord intégrer les chants religieux (spirituals) et profanes (blues) des esclaves noirs. Ce genre musical est basé sur une assise rythmique, des grilles d’accord et un sens de l’improvisation que l’on retrouve dans les Jazz bands. C’est la naissance du Boogie, du Ragtime, du Dixieland, du Jazz New Orleans et Chicago, du Swing, du Bebop, du Frere-Jazz… Louis Armstrong, Duke Ellington, Charlie Parker, Glenn Miller, Miles Davis sont les incontournables du genre.

La musique de film devient un genre à part entière au début du 20ème siècle. Au commencement du cinéma muet, les films sont accompagnés en direct par un pianiste. Broadway voit naître la comédie musicale, le point d’aboutissement entre opéra, opérette, danse, chanson et cinéma.

 

Aujourd’hui, la musique a renouvelé tous ces styles et ses langages : musiques mathématiques, musiques numériques, musique intuitive, musique concrète, musique spatiale… Messiaen, Boulez, Ligeti, Reich sont les musiciens de la seconde moitié du 20ème siècle.

 

Mais la musique au 21ème siècle, c’est aussi les Variétés, le son pop rock, le RnB, le rap et le slam, le Hard rock et le Rock metal… La musique est une industrie. De la création d’une mélodie à la production du titre d’une chanson, plusieurs acteurs se regroupent et collaborent. La création de l’œuvre musicale comprend la composition de la musique et l’écriture du texte. L’auteur, l’interprète et le compositeur peuvent être une seule et même personne. Le manager gère la carrière et les droits de l’artiste. Après la phase de création, vient l’étape de la production et de la recherche d’investissement pour les enregistrements et la diffusion. C’est l’activité du producteur et du label (maison de disque). La distribution par la vente de CD et de plates formes de téléchargement peut commencer. C’est l’éditeur qui assure l’exploitation de l’œuvre. A ce titre, l’apparition des mp3 et les téléchargements illégaux a bouleversé l’industrie musicale. Napster (application permettant de partager des fichiers musicaux au format mp3 gratuitement entre internautes) est condamnée en 2000 mais plusieurs logiciels du même type se sont multipliés à travers la toile (eMule…).

 

slam et rap

Les internautes deviennent des producteurs associés. On ne compte plus les artistes qui sont devenus célèbres grâce au nombre de vues comptabilisées sur le web. Myspace permettait de se faire connaître en se montrant. MyMajorCompany.com permet de devenir producteur : il est le premier site de financement participatif français de films et de musiques. Joyce Jonathan, Grégoire, Lily Allen, Arctic Monkeys… sont quelques exemples de cette nouvelle industrie.

 

Artiste, philosophe, compositeur… tous s’accordent pour affirmer que la musique, tout comme l’Art en général, est indispensable à l’homme, à la vie. Le langage des notes, la force d’une mélodie, la puissance des instruments nous emportent et nous transportent au-delà de notre quotidien et du moment présent.

 

« La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent ».

Pablo Casals (artiste compositeur, musicien, violoncelliste 1876-1973).

 

« La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée ».

Platon (philosophe 427-347)

 

« La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie »

Ludwig Van Beethoven (compositeur 1770-1827)

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.